Un jeune sur deux désire être chef d’entreprise

generation Y et emploiLe sujet de la crise reste sensible pour les jeunes : plus de deux sur trois sont pessimistes quant à la sortie de la crise, 53 % disent ressentir personnellement ses effets. Cela se traduit notamment par une difficulté à trouver un emploi ou un stage pour 46% d’entre eux. Ils sont alors contraints à faire des compromis et à s’ouvrir à d’autres secteurs d’activités (31%) ou à revoir leurs prétentions salariales (28%). Les jeunes actifs sont 45 % à avoir vu stagner leurs revenus alors que parallèlement 25 % d’entre eux disent avoir eu une augmentation de charge de travail.
Malgré cela, les jeunes restent optimistes quant à leur avenir professionnel puisque près des trois quarts envisagent positivement leur future carrière.

La génération Y est attirée par l’entrepreneuriat : 1 sur 2 déclare désirer être chef d’entreprise. Paradoxalement, la sécurité de l’emploi conférée par les grands groupes et entreprises publiques les attirent et ce, malgré une mauvaise image (mauvaise ambiance et stress du personnel sont cités par 67%).
Les PME elles, bénéficient d’une bonne image auprès des jeunes, mais il semble que ceux-ci favorisent l’anonymat dans un grand groupe plutôt que la reconnaissance dans une PME.

« L’observatoire de la generation Y face à l’entreprise » est   publié par KPMG-Opinion Way . Il  décrit la perception des jeunes de 18 à 30 ans quant au marché de l’emploi. Pour cela, 1008 jeunes étudiants ou jeunes actifs ont été interrogés.

L’étude au complet : http://www.news-banques.com/kpmg-opinionway

Stéphane Waller, MeltisArticle publié le 07 Décembre 2010, par Stéphane Waller, Meltis

Partager :