Les entreprises doivent réagir et évoluer vers des espaces de travail à la demande : en effet, le modèle une personne-un bureau est en passe de devenir désuet.

60% des personnes interrogées anticipent une baisse des espaces de bureaux nécessaires à leur entreprise grâce aux nouveaux modes d’organisation du travail. Ainsi, 51% pensent que leur bureau va devenir un lieu de travail occasionnel.
Ces nouveaux modes de travail sont appliqués par 63% des entreprises, et 59% des managers affirment qu’ils n’ont plus à lutter pour travailler efficacement à l’extérieur.

La proximité du lieu de travail est également un paramètre important : si seulement 12% veulent travailler à domicile, 64% pensent que le trajet idéal domicile-lieu de travail est de moins de 20 minutes. Aujourd’hui, 32% passent entre 40 minutes et 1h dans leur voiture pour ce trajet, 27% y passent plus d’une heure par jour.

Enfin, 71% pensent que les plus jeunes et les futurs collaborateurs rejetteront les principes du bureau traditionnel à la faveur d’un mode de travail virtuel.
Olivier de Lavalette, Directeur Générale Europe du Sud de Regus évoque l’idée de la multitude : « plus un bureau unique, mais plusieurs différents, en fonction de leurs besoins ». Le PDG de Unwired quant à lui évoque le fait que des « bureaux vides n’ont plus de sens dans un monde où la mobilité et la flexibilité sont unanimement reconnues comme bases d’une organisation plus efficace et respectueuse de l’environnement ».

Cette étude globale « VWork, mesurer les bénéfices de la flexibilité dans l’organisation du travail », est parue en mai 2011  et a été menée par Regus, leader mondial de la fourniture d’espaces de travail flexibles et par Unwired, spécialiste en organisation des entreprises, auprès de 600 managers dans le monde entier, via un questionnaire en ligne : http://wellcom.fr/presse/regus/2011/05/mesurer-la-valeur-monetaire-de-la-flexibilite-au-travail-un-imperatif-pour-les-entreprises/

Stéphane Waller, MeltisArticle rédigé le 19 juillet 2011 par Stéphane WALLER, Meltis.

Partager :