mobilité professionnelleDans un contexte social marqué par la crise économique,  la mobilité professionnelle devient une nécessité pour les salariés mais aussi pour certaines entreprises.

Du côté du salarié, le besoin de mobilité professionnelle peut s’exprimer par le sentiment d’insécurité, par l’évolution des attentes, le souhait de reconversion professionnelle ou de développement de nouvelles compétences….

En ce qui concerne les entreprises, les motivations sont le plus souvent d’ordre organisationnelles : restructurations, délocalisation… nécessitant parfois d’imposer aux salariés une mobilité géographique.

Mais quand il s’agit d’une décision du salarié, que doivent alors envisager les entreprises?

La mobilité professionnelle et contexte économique

 

La mobilité professionnelle est souvent un choix du salarié qui y voit la possibilité d’obtenir de meilleures conditions de travail, ou qui souhaite simplement changer d’employeur.

Mais même si il existe un désir de mobilité professionnelle, le réaliser n’est pas simple pour la plupart des salariés : une inégalité existe entre les cadres et les employés ou ouvriers.

 Parmi les personnes ayant répondu ne pas avoir pas eu le choix de l’employeur, on note que ce sont aussi celles qui voudraient le plus souvent quitter leur emploi actuel :

  • 48% d’entre elles envisagent ainsi de changer d’entreprise
  • Parmi ces 48%, 5% des salariés réalisent véritablement ce souhait en planifiant leur départ et recherchant activement un emploi

Mobilité professionnelle : pourquoi les salariés cherchent-ils à changer d’entreprise?

 

La mobilité professionnelle est relativement difficile à cause notamment du contexte de crise économique.

72% des salariés interrogés voudraient quitter leur entreprise mais ont paradoxalement confiance en l’avenir de celle ci en termes de pérennité de l’emploi.

En ce qui concerne les motivations de départ, l’espoir d’une meilleure rémunération concerne 80% des employés et des ouvriers.

Comment anticiper le désir de mobilité professionnelle des salariés ?

 

Dans la plupart des cas, la mobilité professionnelle constitue un vrai problème pour l’entreprise comme la perte d’une main d’œuvre hautement qualifiée.

Pour anticiper ce risque de départ, les entreprises doivent s’assurer de trois principales conditions :

  • Assurer la satisfaction au travail
  • Maintenir l’implication et la motivation du salarié
  • Faire en sorte que le salarié soit prêt à recommander son entreprise

Enquête 2012 d’IPSOS, réalisée en ligne auprès de 1 000 salariés travaillant dans des entreprises de plus de 500 salariés (âgés de 18 ans et plus, hors artisans, commerçants, professions libérales, et agriculteurs, exploitants) :

http://www.scribd.com/fullscreen/100925876?access_key=key-1ol4chnmqsxjgt0bsel8

Partager :