Alors que la crise de 2008 a provoqué un climat d’incertitude entraînant un repli tant quantitatif que qualitatif des RH, la tendance n’est pas si négative : en effet, la stagnation des effectifs RH induit une gestion optimisée des compétences internes, notamment via des formations et la transmission des savoirs.
Se dévoilent différents points primordiaux quant aux priorités des Ressources Humaines.

Dispositifs en GRH : pratiques et appréciations

On distingue trois sortes de dispositifs :

  • Ceux « déjà en place, en cours de réalisation » dans les entreprises, regroupent des caractéristiques comme l’amélioration de la communication RH externe (15%), le recrutement de personnes spécialisées en RH (20%), ou encore le renforcement de l’information (30%).
  • Ceux « en développement ou en projet », le premier étant l’amélioration de la communication interne, quels que soient la localisation, le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise. Ce dernier est d’autant plus fréquent dans les bassins d’emploi à faible attractivité (69%).
  • Ceux « écartés » : pour 67% des entreprises, aucun recrutement de personnes spécialisées en RH ne sera réalisé, peu d’entreprises considèrent bon d’améliorer la communication externe ou de redéfinir les méthodes de recrutement.

La gestion des mobilités quant à elle est réalisée grâce à trois dispositifs plébiscités : l’entretien annuel d’évaluation, les fiches de poste et les référentiels métiers et l’entretien professionnel ou à mi- carrière.

L’optimisation de l’organisation du travail : premier rang prioritaire des RH

Elle se développe autour de 3 axes :

  • Organisation : nouvel organigramme, nouveau logiciel, nouveaux processus de production, dans un service ou à l’échelle de l’ensemble de l’entreprise.
  • Gestion des compétences : renouvellement ou création de fiches de poste, redéfinition des missions, transmission des savoirs, formations.
  • Améliorations des conditions de travail : groupe de travail, démarche de concertation, conditions de travail.

Les souhaits des gestionnaires RH

La priorité est donnée à la gestion administrative dans 20% des cas, puis à la gestion des carrières (17%), au management stratégique et à la gestion de la motivation.
Mais cette hiérarchie des souhaits varie selon :

  • Le profil de l’interlocuteur : les DRH et chefs de service privilégient le management stratégique à hauteur de 23%
  • Le secteur d’activité : l’industrie favorise la gestion de carrière, ainsi que le commerce, qui lui se penche en plus à hauteur de 14% sur les relations sociales
  • La taille de l’entreprise : les entreprises de moins de 200 salariés privilégient la gestion administrative, alors que celles de plus de 500 salariés privilégient le management stratégique.

Les éléments de qualification des entreprises

Les entreprises interrogées sont soumises à hauteur de 50% à une forte pression concurrentielle, notamment lorsqu’elles sont implantées à l’étranger, et 40% ont vu leur CA augmenter en 2010.
Les emplois dans ces entreprises sont en général caractérisés par le fait que les cadres représentent seulement 25% de l’effectif, et que le taux de présence des seniors (plus de 45 ans) est plus fort dans le secteur de l’industrie.
Enfin, les effectifs salariés devraient rester stables pour les prochaines 18 mois, 52% des gestionnaires RH pensant que la mobilité interne devrait être privilégiée.

Cette étude a été réalisée par l’APEC auprès de 1000 gestionnaires RH d’entreprises du secteur marchand, en mars 2011 : http://presse.apec.fr/Presse/Communiques-de-l-Apec/Les-Etudes/Gestion-des-ressources-humaines-quelles-priorites


Stéphane Waller, MeltisArticle publié le 8 juin 2011 par Stéphane Waller, Meltis

Partager :