Dans cette étude, la mobilité est définie de manière fonctionnelle ou hiérarchique, et non de manière géographique.

Différents niveaux de recul

Ce recul de la mobilité est d’autant plus vrai pour les femmes, dont la mobilité chute de 13%, pour les entreprises de moins de 500 salariés avec une chute de 15%, pour les 35-39 ans avec – 20%, et pour les cadres du secteur du conseil et de la finance avec une chute respective de la mobilité de 35% et de 20%.
De plus, alors que les directions générales ont des niveaux stables de mobilité avec 14,3%, les directions des achats sont en progression avec une augmentation de 6% à 13,6%.
Les seniors de 55 ans et plus sont ceux qui s’en sortent le mieux avec une augmentation de la mobilité de 21% grâce aux plans d’action mis en place par les entreprises et le gouvernement.
Globalement, les décideurs restent prudents dans la gestion de leur carrière, puisque la mobilité interne augmente de 7 points pour atteindre le niveau de 2007, 56%, alors que la mobilité externe perd 3 points.

Quelles perspectives pour les décideurs ?

En attendant une conjoncture plus favorable, l’intention de mobilité reste élevée avec plus de 50% des cadres souhaitant changer de poste et/ou d’entreprise.
De plus, les entreprises appliquent aujourd’hui une logique de rétention des talents, avec 30% des cadres ayant changé de poste au sein de leur entreprise grâce à celle-ci.
Mais le niveau de confiance quant aux perspectives d’évolution au sein de leur entreprise reste mitigé. Quant à leur poste actuel, il s’avère que les cadres sont plus satisfaits de la mobilité interne qu’externe, que les hommes sont plus satisfaits que les femmes, que les moins satisfaits sont les cadres des directions marketing et études, et que les décideurs mobiles ont une meilleure vision de leur travail, avec une note de 15,2/20, que les non mobiles (13,9/20).
Enfin, les rémunérations restent un sujet tabou, avec moins d’un interrogé sur 5 ayant répondu à la question. Les décideurs gagnent ainsi 110K€ par an contre 84K€ pour les décideuses, les moins de 35 ans gagnent 70K€ contre 122K€ pour les seniors, et les salariés des entreprises de plus de 2000 salariés gagnent en moyenne 119,8K€ contre 89,7K€ pour ceux des entreprises de moins de 50 salariés.

 

Cette étude a été menée par Nomination, 1er service d’information sur les cadres décisionnaires en entreprise, en partenariat avec Ineum Consulting, cabinet de conseil et expert en stratégie. Cette édition 2010 est la 4ème, et a été menée auprès de 4896 décideurs, du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2009, via un questionnaire en ligne : http://www.nomination.fr/DRH/mouvements-decideurs/mobicadres.php

Stéphane Waller, MeltisArticle rédigé le 4 juillet 2011 par Stéphane Waller, Meltis.

Partager :